Plusieurs états américains ont légalisé les extraits de cannabis, ou sont sur le point de le faire, généralement sous forme de préparations contenant du CBD avec très peu voir du tout de THC. Les politiciens conservateurs sont beaucoup plus disposés à adopter une approche d’une solution médicamenteuse dépourvue de THC (ou Tétrahydrocannabinol le cannabinoïde issu du chanvre qui procure un effet psycho-actif euphorisant).

Toutefois, il existe des douzaines d’autres cannabinoïdes et terpénoïdes (terpènes) qui ont prouvé leur bénéfices au niveau médical. De nouvelles études mettent en évidence l’effet synergique de ces molécules entres-elles, révélant qu’un cannabinoïde isolé (comme le CBD) peut effectivement aider des patients, mais seulement une petite minorité d’entre eux. L’association de plusieurs cannabinoïdes ou de l’ensemble d’entre eux pouvant être plus efficace, médicalement parlant.

Selon le National Institutes of Health américain, la délicate interaction entre les cannabinoïdes et les terpénoïdes — parfois appelée “l’effet d’entourage” — peut être utilisée pour soigner “la douleur, l’inflammation, la dépression, l’anxiété, la dépendance, l’épilepsie, le cancer, [et] les infections fongiques et bactériennes”.

Avec autant de bénéfices potentiels dans la plante entière et les extraits composés de multiples cannabinoïdes, pourquoi y a t-il cette ruée folle vers la production d’extraits de cannabinoïdes isolés, ne pouvant bénéficier qu’au petit pourcentage de patients potentiellement réceptifs à une thérapie au cannabis aussi limitée ? Les états peuvent-ils réellement prétendre aider les patients si leurs lois autorisant uniquement le CBD ne sont efficaces que pour un nombre relativement petit de patients en souffrance ?

N’aider que 2% des patients?

Selon le Marijuana Policy Project (MPP), “…seuls deux pour cent des patients enregistrés dans les états américains du Rhode Island et du Colorado déclarent souffrir d’épilepsie”. Le MPP déclare que, malheureusement, “la grande majorité de tous les patients [traités au cannabis] souffrent de symptômes pour lesquels l’emploi de variétés de cannabis ayant plus que des traces de THC sont nécessaires”.

Les médias ont énormément focalisé leur attention sur des enfants utilisant des extraits de CBD pour combattre leur épilepsie résistante ou d’autres graves désordres neurologiques. Quelques patients sont soulagés par un extrait de CBD isolé. Certains enfants, qui sont passés de centaines de crises par semaine à seulement une ou deux par mois en utilisant de l’huile ne contenant que du CBD, ont attiré une ample attention des médias.

Charlotte Figi, une de ces enfants de neuf ans, vivant au Colorado, a vu diminuer ses crises d’épilepsie de 99% en utilisant une huile ne contenant que du CBD. Charlotte est devenue l’emblème non-officielle des défenseurs du cannabidiol et des efforts pour le légaliser. Elle est aussi la source d’inspiration pour un produit au CBD appelé Charlotte’s Web, fabriqué par CW Botanicals au Colorado.

Observations parentales

Des parents d’autres enfants avec des affections similaires, désespérés, ont aussi essayé l’huile de cannabis. Beaucoup, malheureusement, ont constaté que le manque de THC dans les huiles de CBD faisait qu’elles ne fonctionnaient souvent pas pour leurs enfants. Jason David a traité son fils de sept ans, Jayden, souffrant du syndrome de Dravet — une forme sévère d’épilepsie qui ne répond pas aux traitements usuels — avec du cannabis médical depuis 2011 (La maman de Charlotte Figi a appris l’existence de l’huile de cannabis grâce à David).

Je voudrais que la Charlotte’s Web fonctionne sur tous les enfants épileptiques, mais elle ne le fait pas. Jayden a eu ses pires crises sous cannabis médical lorsque nous utilisions la Charlotte’s Web,” déclare David.

Brian Wilson, un ex résident du New Jersey ayant déménagé au Colorado en 2014 pour bénéficier des lois libérales de cet état envers le cannabis médical, est un autre de ces parents d’enfants souffrant du syndrome de Dravet. Dans une interview accordée au magazine Ladybud en 2014, il dit:

“Le CBD est une partie très importante du mélange, mais seulement une partie. Nous avons constaté un léger contrôle des crises et des progrès du développement mineurs avec le CBD seul, mais nous n’avons constaté de réel contrôle des crises qu’en ajoutant des quantités substantielles de THC au mélange”.

Wilson continue:

“D’autres voient des résultats très positifs en ajoutant du THCA. D’autres ont de très bons résultats sans CBD, comme au New Jersey, où il y a très peu ou pas de CBD disponible. Le fait est que c’est une médecine hautement individualisée. Il n’y a pas de formule magique.

Rebecca Hamilton-Brown est la fondatrice du Pediatric Cannabis Therapy, une association de soutien pour les parents d’enfants épileptiques, forte de plus de 2’500 membres. Elle soigne son fils avec du cannabis depuis deux ans et a recueilli le témoignage des nombreux membres du groupe.

“C’est l’ignorance qui pousse les gens à croire que le CBD seul est la voie à suivre.”

Déclare Hamilton-Brown.

“Soit ils n’en ont jamais donné à leur enfant, ou alors ils sont complètement naïfs sur la manière dont fonctionne la machine politique.”

Les milliers d’enfants malades et d’adultes qui pourraient bénéficier d’extraits avec plusieurs cannabinoïdes ou même d’extraits de plante entière sont ils ignorés par les gouvernements cherchant à ne légaliser que les préparations contenant uniquement du CBD ?

L’histoire miraculeuse de Charlotte Figi est certainement source d’inspiration; tous les patients méritent une médecine qui les soulage de leurs souffrances. Toutefois, les politiciens paranoïaques ont-ils peur de légaliser les extraits de cannabis contenant du THC simplement à cause d’un stigmate vieux de 80 ans? Les legs du film Reefer Madness — et la  perception de l’euphorie comme un péché dans certaines religions — est-il le responsable de l’adoption de lois étatiques qui, bien qu’aidant un nombre restreint de patients, laissent la majorité d’entre eux souffrir sans traitement ?

Article original de Gooey Rabinski, sur massroots.com : Qu’est-ce que « l’effet entourage » ? (EN)
Publié le 19 mai 2015, mis-à-jour le 5 octobre 2017 – Traduit de l’anglais par nos soins.