L’article suivant, de Martin A Lee, a été à l’origine publié en Une du journal High Times, le 9/02/2017. Il met l’accent sur les découvertes scientifiques concernant le cannabidiol (CBD) et la manière dont celui-ci a révolutionné le destin du cannabis médical. Nous l’avons traduit avec la permission de l’auteur, fondateur du très complet site Project CBD.

Photo de Project CBD, à l’origine publiée dans High Times (Fév. 2017)

“Cela change tout!” s’est exclamé le journaliste Fred Gardner de Bay Area, alors qu’il se trouvait dans un bureau du Steep Hill Laboratory basé à Oakland en regardant un chromatogramme décrivant un contenu de cannabinoïdes inhabituel, d’une variété de cannabis jusqu’alors inconnue. C’était en 2009 et la variété en question, une anomalie appelée Soma A-Plus, contenait peu de THC (Tétrahydrocannabinol – la molécule psycho-active), contrairement à plusieurs milliers d’autres échantillons de sommités florales que Steep Hill avait déjà testées pour les dispensaires de cannabis médical et les cultivateurs de Californie.

La Soma A-Plus fut le premier cultivar à être découvert parmi une poignée de variétés de cannabis contenant une quantité élevée de cannabidiol (CBD), un composé aux caractéristiques médicales fascinantes. Une de ces variétés, la Women’s Collective Stinky Purple, a fait pencher la balance à plus de 10% de CBD en poids sec pour peu de THC. Cette anomalie génétique n’était pas du chanvre dit “industriel” – c’était une plante médicinale, une variété de cannabis riche en résine elle-même riche en CBD, débordant de viscosités médicamenteuses. Mais quiconque la fumait ou la mangeait ne ressentait pas d’effet planant, du fait que le CBD ne soit pas psychoactif comme le THC. En fait, le CBD peut même diminuer ou neutraliser l’effet psychoactif du THC en fonction de la quantité de chaque composé dans une variété ou un produit donné.

Traditionnellement, le cannabis cultivé pour le haschich contenait des quantités à peu près équivalentes de THC et de CBD. Cependant la génétique du cannabis change dès la fin des années 1970, du fait de la réponse des cultivateurs hors-la-loi du nord de la Californie à la demande des consommateurs pour des variétés fortement psychoactives, à dominance riche en THC. De ce fait, le CBD avait pratiquement disparu du pool génétique local du Triangle d’Émeraude (« Emerald Triangle », région formée par les trois comtés de Mendocino, de Humboldt et de Trinity – NDLR), le grenier à blé du cannabis américain.

Quand les Californiens ont adopté la Proposition 215 en 1996, la mesure votée à l’échelle de l’État légalisant le cannabis à usage médical, peu de gens connaissaient le CBD. Ce n’était dans le radar de personne, sauf chez un petit groupe de scientifiques pionniers qui sondaient les mécanismes moléculaires du cannabis et leur potentiel soignant. Les premières études ont indiqué que le CBD avait des propriétés anti-inflammatoires, anti-tumorales, antipsychotiques et anti-convulsives remarquables, sans effet secondaire indésirable connu.

Fred Gardner avait couvert l’historique scientifique du CBD dans O’Shaughnessy’s, le journal des pratiques cliniques du cannabis. En 2010, nous lancions ensemble Project CBD, une association sans but lucratif à visée éducative et informative, centrée sur l’ensemble du phénomène CBD pouvant englober tous les sujets comme la recherche, les patients, les médecins, les nouvelles variétés et les produits, ainsi que sous l’angle des affaires. Dès le début nous avions senti que le CBD pourrait être un élément décisif dans le mouvement pour le cannabis médical. Nous avons pensé que cela pourrait être la clé libérant le cannabis des limites du paradigme de l’abus de drogues. Comment les logiciens tordus du bureau du Czar anti-drogues pouvaient-ils encore justifier l’interdiction d’un cannabis riche en CBD, substance médicinale sûre sans effets secondaires défavorables, n’ayant aucun effet planant?

L’apparition des produits infusés au CBD a permis à plus de monde – y compris les personnes qui n’avaient jamais approché le cannabis – de s’ouvrir à son utilisation pour des raisons de santé. L’effet du THC ne convient pas à tout le monde; certains deviennent tendus et anxieux avec « l’herbe ». Les variétés riches en CBD pourraient être la réponse pour ceux qui voudraient avoir certains bénéfices du cannabis sur leur santé sans emprise psychoactive. Nous l’avons appelé « cannabis riche en CBD » (CBD rich) plutôt que « cannabis à taux élevé de CBD » (ndt. « High CBD », “high” voulant à la fois dire “haut” et “planant”) pour échapper à la connotation « stoner » – et cette appellation a depuis été adoptée par des scientifiques du domaine médical dans les publications spécialisées.

Un point de bascule

Une fleur de cannabis riche en CBD, impossible à différencier à l’oeil nu d’une fleur de cannabis contenant du THC.

La redécouverte fortuite du CBD en Californie du Nord allait déranger les projets de tout le monde – des stoners jusqu’aux forces de l’ordre – et inaugurer une nouvelle ère de thérapies au cannabis. Le point de basculement crucial est venu en été 2013, lorsque la CNN a diffusé le premier numéro de la série documentaire intitulée « WEED » de Sanjay Gupta sur le cannabis médical, présentant le désormais célèbre cas de Charlotte Figi, une fillette du Colorado souffrant du syndrome de Dravet (CF notre article sur les enfants traités au cannabis médical).

La petite Charlotte avait des centaines de crises d’épilepsie par semaine, que les médicaments ne stoppaient pas. Ses parents étaient à court d’options quand ils ont entendu parler d’un garçon souffrant lui aussi d’un syndrome de Dravet en Californie, qui avait bien réagi à cette huile de cannabis riche en CBD. Ils ont trouvé une variété à haut taux de CBD et faiblement titrée en THC dans un dispensaire de cannabis du Colorado et cela a fonctionné à merveille sur leur fille, réduisant ses crises à une ou deux par mois. Cette variété s’appelle maintenant la Charlotte’s Web en son honneur.

Dès ce moment, le génie CBD était sorti de sa bouteille. L’audience d’une télévision nationale était stupéfaite par ce qu’elle voyait et ce qu’elle entendait: le cannabis, autrefois diffamé et traité d’assassin de la jeunesse, pouvait sauver la vie d’enfants gravement malades. De plus, les enfants et les adultes ne subissaient pas obligatoirement d’effet psychoactif s’ils se soignaient avec du cannabis médical. L’idée qu’il pourrait être possible d’accéder au bénéfices thérapeutiques du cannabis sans euphorie ou dysphorie deviendrait vite irrésistible aux yeux de nombre de personnes après cette émission spéciale de la CNN.

Mais parallèlement à la prise de conscience croissante du cannabidiol en tant que potentiel produit de santé, il y a aussi eu une prolifération de fausses idées sur le cannabis riche en CBD, pourtant issu d’une plante remarquable ayant toujours accompagné l’humanité depuis des temps précédant l’invention de l’écriture. Le cannabis a une riche histoire en tant que source de fibres, de nourriture et de médicaments dans de nombreux pays depuis des milliers d’années. Mais notre connexion ancestrale avec la plante et la connaissance de son utilité comme médecine populaire polyvalente ont été brisés par son interdiction. Par conséquent nous avons dû recréer notre rapport au cannabis et réapprendre comment l’utiliser pour en tirer le maximum de bénéfices thérapeutiques.

On pourrait se demander: Pourquoi ne pas seulement allumer un gros joint et inhaler? Cela semble faire l’affaire pour beaucoup de gens. En réalité c’est devenu beaucoup plus compliqué avec l’apparition d’un choix d’extraits d’huile de cannabis puissants ayant différents taux de THC et de CBD, ainsi que différentes façons de les administrer. Il reste encore beaucoup de travail à réaliser pour déterminer comment exploiter au mieux les qualités curatives du chanvre. Tous ces produits et leurs applications sont une force motrice dans la grande expérience démocratique que représente le cannabis médical, qui s’est menée État par État aux USA au cours de ces dernières années.

La grande percée

La recherche sur les cannabinoïdes mise à mal par l’interdiction du cannabis

Pendant longtemps, l’illégalité du cannabis a eu un effet dissuasif sur la recherche scientifique aux États-Unis. Ironiquement, c’est le président Ronald Reagan qui a fait progresser notre compréhension des bases scientifiques du rôle thérapeutique du cannabis lorsqu’il a renforcé et militarisé la guerre contre la drogue à partir des années 1980. L’administration Reagan a injecté des dizaines de millions de dollars dans des recherches ayant pour objectif de démontrer que le cannabis endommage le cerveau – c’est ce qu’ils pensaient. Après tout on parlait d’une herbe diabolique, et la certitude que fumer du cannabis causait des dommages au cerveau était une profession de foi au sein de l’establishment qui menait cette guerre aux drogues.

Mais au lieu de montrer comment le cannabis nuisait au cerveau, l’administration Reagan avait fini par subventionner une série d’études aboutissant à la découverte d’un “système endocannabinoïde” qui protégeait le cerveau quand il était activé par des cannabinoïdes végétaux  (ou phyto-cannabinoïdes) comme le THC ou le CBD. Cette percée scientifique majeure a ouvert de nouvelles perspectives de compréhension de la biologie humaine et a largement contribué à expliquer comment et pourquoi le cannabis est un médicament si polyvalent – et par la même occasion pourquoi elle est restée la substance illicite la plus populaire de la planète.

Vers le milieu des années 1990, le système endocannabinoïde était devenu un sujet brûlant parmi des scientifiques du monde entier partageant leurs découvertes dans des revues hautement spécialisées et lors des réunions annuelles de la Société internationale de recherche sur les cannabinoïdes. Puis s’ensuivit une avalanche de données scientifiques attestant du potentiel thérapeutique des cannabinoïdes et du cannabidiol (CBD) en particulier.

Une étude préclinique de 1998 financée par le National Institutes of Health devint la base d’un brevet du gouvernement américain sur les propriétés antioxydantes et neuroprotectrices du CBD et du THC qui “limitent les dommages neurologiques consécutifs à des accidents ischémiques tels que les attaques cérébrales et les traumatismes”. Chacun de ces deux composants ont été décrits comme ayant “une application particulière dans le traitement de maladies neurodégénératives, telles que la maladie d’Alzheimer, la maladie de Parkinson et la démence associée au VIH”.

Et c’est juste le niveau débutant au sujet du cannabidiol. Voici quelques faits marquants dans le domaine florissant des thérapies au cannabis:

  • Cancer: Des scientifiques au California Pacific Medical Center ont démontré que le CBD réduisait la prolifération des cellules cancéreuses, l’invasion et les métastases dans des essais sur des lignes de cellules humaines.
  • Diabète: Des chercheurs israéliens ont rapporté que le CBD « diminue l’impact du diabète chez les souris diabétiques non-obèses. »
  • Épilepsie: Des scientifiques britanniques ont noté que le CBD exerce des effets anticonvulsifs sur des modèles d’animaux épileptiques.
  • Troubles de l’humeur: Des chercheurs brésiliens ont exploré les puissantes propriétés anti-psychotiques et anxiolytiques du CBD.
  • Acné: Le Journal of Clinical Investigation (2014) rapporte que “le CBD a du potentiel en tant que traitement prometteur pour l’acné vulgaris.”
  • Rythme cardiaque: Le British Journal of Pharmacology (2010) a révélé que le CBD supprime l’arythmie cardiaque suite à un AVC induit chez l’animal et réduit la taille des lésions au cerveau.
  • Neurogenèse des cellules souches: Des scientifiques allemands ont découvert que le CBD stimule la croissance de nouvelles cellules cérébrales sur des mammifères adultes.
  • Antibactérien: Selon le Journal of Natural Products (2008) publié par l’American Chemical Society, le CBD « a montré une activité puissante contre une souche de staphylocoque résistant à la méthicilline (SARM). » L’Organisation Mondiale de la Santé a qualifié les bactéries résistantes aux antibiotiques de grave crise de santé mondiale.
  • Maladie de la vache folle: Il n’y a aucun remède connu pour l’ESB, une maladie cérébrale infectieuse mortelle transmise par des protéines mal définies appelés « prions », mais des scientifiques français ont rapporté dans le Journal of Neuroscience que « le CBD peut protéger les neurones contre les multiples facteurs moléculaires et cellulaires impliqués dans les différentes étapes du processus neurodégénératif qui se produit lors d’une infection aux prions.”

Et la liste continue: Rhumatisme, SSPT, dépression, maladies des intestins, obésité, alcoolisme, affections hépatiques… Des recherches pré-cliniques approfondies et des rapports anecdotiques cumulés suggèrent que ces maladies ainsi que de nombreuses autres pourraient répondre à des remèdes riches en CBD.

Puissante dualité : CBD & THC

CBD & THC : 1 + 1 = 3

Il y a beaucoup d’effervescence autour du cannabidiol – avec de bonnes raisons. Toutefois jusqu’à présent, les essais cliniques qui pourraient « prouver » l’utilité thérapeutique du CBD ont été négligés aux États-Unis, du fait de la guerre menée contre les drogues. Par conséquent, la plupart de ce que les scientifiques savent sur le CBD repose en grande partie sur des recherches pré-cliniques en laboratoire – études sur des animaux, traceurs moléculaires, expériences dans des tubes à essai, etc. – plutôt que sur des études portant sur des humains. Certaines de ces recherches ont fourni des informations importantes sur le système endocannabinoïde et son rôle crucial dans la santé et la maladie. Mais les données provenant de modèles animaux ne sont pas toujours applicables aux modèles propre à l’être humain.

En dehors des États-Unis, des remèdes riches en CBD ont été soumis à des essais cliniques rigoureux et approuvés pour un usage thérapeutique dans plus de deux douzaines de pays. Le Sativex, un spray sublingual au cannabis contenant des quantités égales de CBD et de THC, est disponible sur ordonnance (mais pas encore aux États-Unis) pour le traitement de la douleur neuropathique et des spasmes associés à la sclérose en plaques. GW Pharmaceuticals, la société britannique qui produit le Sativex, a déterminé que le mélange de CBD et de THC était plus efficace que chaque composé seul pour la gestion de la douleur (lire notre article sur l’effet « entourage »).

En d’autres termes, le CBD et le THC sont un couple puissant pour les thérapies au cannabis; ils fonctionnent mieux ensemble. Le CBD et le THC amplifient chacun les qualités curatives de l’autre, en activant différents récepteurs dans le cerveau. Cette dynamique synergique est primordiale pour les patients. C’est la raison pour laquelle le THC est la clé pour maximiser le potentiel thérapeutique du CBD, et vice versa. Aux USA, des concentrés d’huile de cannabis avec différents ratios de CBD:THC sont disponibles dans les dispensaires de cannabis médical pour que les patients puissent ajuster ou supprimer les effets psycho-actifs en fonction de leurs besoins. Lorsqu’il est présent en quantité à peu près égale, dans une variété de cannabis ou un produit dérivé, le CBD va prolonger l’effet du THC et simultanément affaiblir sa psycho-activité. Actuellement, les patients utilisant du cannabis ont également la possibilité de se soigner sans aucun effet d’emprise, en utilisant un produit au CBD n’ayant qu’une petite quantité de THC. Mais une huile ou une fleur à faible teneur en THC, bien que non enivrante, n’est pas nécessairement la meilleure modalité de traitement.

La sensibilité d’une personne au THC est un facteur important pour déterminer le ratio optimal et la posologie d’un médicament riche en CBD. Il n’y a pas de ratio ou de dosage unique pour tout le monde. Le cannabis thérapeutique est une médecine personnalisée. Les patients peuvent avoir besoin d’expérimenter, de se lancer, et ensuite d’ajuster leur traitement au besoin, jusqu’à ce qu’ils trouvent leur propre point d’équilibre avec le bon ratio entre le CBD et le THC. En substance, le but est d’administrer des doses uniformes et mesurables d’un remède riche en CBD comprenant autant de THC que ce que le patient peut être en mesure de tolérer.

Si vous êtes assez chanceux pour vivre dans un État ayant un programme de cannabis médical robuste, il existe de nombreuses possibilités si vous voulez utiliser du cannabis riche en CBD sans le fumer. Le cannabis riche en CBD – comme celui contenant du THC – se présente sous de nombreuses formes non fumables: comestibles, pastilles, boissons, gélules, sprays sublinguaux, teintures, onguents, patchs transdermiques, suppositoires, etc. Tous ces choix  différents peuvent être source de confusion, en particulier pour les néophytes du cannabis.

La sécurité des produits est un souci majeur étant donné que l’industrie du cannabis est encore largement non réglementée. Malheureusement, de nombreux cultivateurs de cannabis utilisent des pesticides et des hormones végétales douteuses pour accroître la teneur en cannabinoïdes et le rendement de leurs cultures. Visez les produits riches en CBD qui ont été testés en laboratoire et dont on a vérifié qu’ils étaient exempts de moisissures, de pesticides, de résidus de solvants et d’autres contaminants. Mieux vaut, si possible, éviter l’huile de cannabis extraite avec du butane, de l’hexane et les autres solvants toxiques; opter pour des méthodes d’extraction plus sûres, telles que l’éthanol de qualité alimentaire ou le CO2 supercritique. Un produit riche en CBD de qualité supérieure ne doit contenir que des ingrédients de haute qualité: pas de sirop de maïs, de gras transgénique, de conservateur et d’autres additifs artificiels. Les produits doivent avoir des étiquettes claires indiquant la quantité de CBD et de THC par dose. Gardez à l’esprit que le rapport CBD / THC n’est pas une indication de la quantité de chaque composé dans le produit.

Chanvre industriel

Extraire du CBD depuis des variétés de chanvre industriel? Pas forcément une bonne idée.

Qu’en est-il de l’huile de CBD extraite du chanvre industriel? Internet propage des produits non réglementés au CBD dérivé de chanvre dans l’ensemble des cinquante états américains, en dépit du fait que le cannabidiol n’est pas un complément alimentaire approuvé par la FDA. Pour beaucoup de personnes, en particulier celles qui vivent dans des états où le cannabis médical n’est pas encore légal, le CBD dérivé du chanvre peut être la seule option disponible, même si techniquement c’est toujours une substance classée sous contrôle international et issue du tableau 1 de  la liste des stupéfiants.

Le gouvernement fédéral américain définit arbitrairement le chanvre – en le distinguant du cannabis ou « marijuana » – comme une plante de cannabis contenant moins de 0,3% de THC. Ce qui distingue réellement le chanvre du cannabis est sa teneur en résine: le chanvre est une plante à très faible teneur en résine; Le cannabis est une plante à haute teneur en résine. Le CBD et le THC sont contenus dans la résine. Les plantes à forte teneur en résine comprennent des plantes riches en THC euphorisant et des plantes riches en CBD non euphorisant (ainsi que diverses combinaisons des deux).

Le chanvre industriel à faible teneur en résine n’est pas une source optimale d’huile riche en CBD. Le chanvre à fibres est peu utile pour l’extraction de CBD, du fait de cette faible teneur en résine. La maigre plante de chanvre industriel cultivée pour faire de l’huile de ses graines (entre autres usages) culmine à environ 3,5% de CBD en poids sec, mais il n’y a pas de CBD ou de THC dans les graines elles-mêmes. A comparer avec la variété ACDC, une souche de cannabis non-euphorisante et riche en résine abondamment cultivée en Californie, qui contient jusqu’à 20% de CBD en poids sec.

La limite légale de 0.3% de THC pour le chanvre industriel est une limite qui n’est ni pratique, ni fondée scientifiquement, mais plutôt une caractéristique visant à maintenir l’interdiction du cannabis. Avec la volonté de contourner la loi, certains agriculteurs du Colorado et de divers autres états cultivent du cannabis riche en résine et en CBD et l’appellent chanvre; ils récoltent leurs cultures tôt pour minimiser la teneur en THC. Cultiver du cannabis en dehors des paramètres strictement contrôlés et validés par l’État pour les recherches pilotes est toujours interdit par le gouvernement fédéral.

Pour les producteurs de chanvre à l’étranger, la pâte de CBD est généralement un sous-produit du chanvre industriel cultivé à d’autres fins. Les agriculteurs vendent la biomasse restante de chanvre aux entreprises qui extraient l’huile de CBD. Ce n’est pas un excellent matériau de départ pour fabriquer un produit au CBD car d’énormes quantités de déchets de chanvre à faible teneur en résine sont nécessaires pour extraire une petite quantité de CBD. Plus on extrait de matières végétales, plus le risque de contamination est grand, car le chanvre est un «bio-accumulateur» qui attire les toxines du sol. C’est un excellent moyen de nettoyer un environnement empoisonné – du chanvre a été planté près de Tchernobyl après la catastrophe nucléaire à cette fin – mais c’est exactement ce dont on ne veut pas dans un médicament.

A ce jour le commerce de CBD prolifère en ligne avec peu d’interférence du gouvernement fédéral, autre que des lettres d’avertissement de la FDA à plusieurs détaillants d’huile de CBD pour des défauts d’étiquetage de produits et des allégations médicales non prouvées. Certains produits CBD testés par la FDA ne contenaient peu ou pas de CBD. Plus déconcertant est ce qui se trouve réellement dans ces produits. Beaucoup sinon la plupart des cartouches pour la vape d’huile de chanvre CBD contiennent du propylène glycol, un agent de dilution cancérigène en cas de surchauffe et d’inhalation. Des agents aromatisants sont également omniprésents dans les cartouches d’huile de chanvre CBD, mais peu de ces additifs alimentaires comestibles ont fait l’objet de tests de sécurité pour l’inhalation. Certains sont connus pour être toxiques.

On peut aussi trouver des produits pratiques labellisés huile de chanvre CBD en tentant sa chance dans les aléas des produits médicamenteux vendus sur internet. C’est un peu un coup de dés, mais certains de ces produits peuvent offrir des avantages pour la santé. Les extraits d’huile de cannabis à faible teneur en THC se sont montrés être une aubaine pour nombre d’enfants souffrant de troubles épileptiques intraitables. Il y a des récits d’enfants épileptiques faisant l’expérience d’une disparition presque complète des crises avec l’utilisation d’extraits huileux au CBD. Mais pour de nombreuses autres personnes souffrant de troubles épileptiques, adultes et enfants, le CBD ne fait pas forcément l’affaire. Ce n’est pas un remède miracle pour tout le monde.

La plage thérapeutique de l’huile de CBD est substantiellement limitée par la petite quantité de THC et des autres cannabinoïdes qui y sont contenus. De nombreux patients usant de cannabis médical ont appris par essais et erreurs que la potentialisation de l’huile riche en CBD en y ajoutant du THC ou du THCa (la forme non-psychoactive non chauffée du THC présente dans les fleurs et les feuilles de cannabis brut) aide à maintenir les crises et autres symptômes à l’écart. Comme précisé plus haut, les produits à base d’huile de cannabis à faible teneur en THC ne fonctionnent pas pour tout le monde. Des gens de tous les âges ont besoin d’accéder au spectre complet des remèdes au cannabis extraits de plantes entières, et pas seulement à de l’huile à faible teneur en THC.

La molécule comparée au végétal

Molécule isolée, molécule naturelle, molécule synthétique, terpènes, effet entourage… Plusieurs effets pour plusieurs types d’application.

Le CBD deviendra bientôt un produit pharmaceutique à molécule unique. Lorsque l’Epidiolex, un remède anti-épileptique composé de CBD presque pur développé par GW Pharmaceuticals, obtiendra le feu vert de la FDA, le cannabidiol se joindra à la molécule de THC isolée (Marinol) en tant que médicament prescriptible et légalement disponible. Mais la plante de cannabis en elle-même, dans un avenir prévisible, restera illégale au niveau fédéral. Allez comprendre.

Project CBD reconnaît que la molécule de CBD isolée n’est pas la même chose que le cannabis riche en CBD, qui comprend des centaines de composants médicinaux actifs. Qu’ils soient synthétisés en laboratoire ou fortement raffinés à partir de la pâte de chanvre industrielle, les produits “CBD pur” sont dépourvus de toute la gamme des terpènes médicinaux et des phytocannabinoïdes mineurs présents dans le cannabis. Ces composés interagissent avec le CBD et le THC pour créer ce que les scientifiques appellent “l’effet d’entourage”, de sorte que l’impact thérapeutique de la plante entière est plus grand que la somme de ses parties.

Cela ne signifie pas que la molécule CBD isolée ne fonctionne pas – le CBD pur peut être utile dans certains cas, mais le CBD de la plante entière a une fenêtre thérapeutique beaucoup plus large que le CBD en tant qu’isolat. Cela a été souligné par des scientifiques israéliens dans une expérience de 2015 qui a montré que le CBD seul nécessitait une dose beaucoup plus élevée pour être efficace par rapport à un extrait de plante entière riche en CBD. De plus, si le dosage était légèrement trop faible ou trop élevé, le CBD pur avait peu d’effet sur la douleur et l’inflammation, contrairement à l’extrait riche en CBD qui était efficace même sous ou sur-dosé. Des interactions problématiques avec d’autres médicaments sont également plus probables avec des doses élevées de CBD pur. Les chercheurs israéliens concluent: « La synergie thérapeutique observée avec les extraits de plantes résulte dans l’utilisation d’une quantité plus faible de composants actifs et des effets indésirables réduits ». D’autres scientifiques ont rapporté des résultats similaires.

Ce qui nous permet de conclure que le CBD est une molécule formidable, certes, mais que la plante entière l’est encore plus.

Martin A. Lee est le directeur de Project CBD et l’auteur de plusieurs livres, dont Smoke Signals: A Social History of Marijuana—Medical, Recreational and Scientific et Acid Dreams: The Complete Social History of LSD—the CIA, the Sixties and Beyond.

L’article ne peut être reproduit sans l’approbation de Project CBD. Traduction et adaptation FR réalisée par l’équipe de NORML France.

Article original : https://www.projectcbd.org/about/cannabis-culture-history/cbd-cinderella-molecule