Par sa lettre en date du 24 janvier 2019, le Directeur de l’Organisation Mondiale de la Santé requiert la non-classification de la molécule de cannabidiol, composant essentiel du cannabis, la déclassification du cannabis du tableau IV de la Convention Unique des stupéfiants et l’intégration des préparations à base de cannabinoïdes dans le tableau III.

En des mots plus pratiques, nous vivons une étape nouvelle de la reconnaissance au niveau international des effets du cannabis. Cette évolution va permettre dans les prochains mois de simplifier les obligations du droit international en matière de production et de distribution des produits de santé issus du cannabis.

Avec ce changement de classification, le cannabis reste un stupéfiant mais les conditions de son utilisation médicale sont simplifiées. Dès lors, rien n’empêche aujourd’hui la mise en place des projets de production de cannabis communautaire que nous portons au sein de NORML France comme une réponse à la crise de la relation thérapeutique.

A l’aune de ces recommandations encourageantes de l’Organisation Mondiale de la Santé, nous adressons un message fort au gouvernement Français afin de l’inviter à imaginer pour la future expérimentation sur le cannabis médical la mise en oeuvre de projets de production plus locaux.

Plus d’informations :

Vous aimez le contenu de cet article? Adhérez à l'association ou faites un don pour soutenir notre action.